Les « religions du Livre » : mise au point

Un camarade nous livre ici une nécessaire mise au point :

« Ici vivent les trois grandes religions du Livre, ensemble, à travers des lieux qui ont marqué leur propre Histoire. » (Emmanuel Macron, 22 janvier 2020)

Les trois religions en question seraient le judaïsme, le christianisme et l’islam, mais de quel livre s’agit-il ?

En effet, le livre que l’islam place au-dessus de tous les autres est le Coran, mais celui-ci n’est reconnu que par lui et, s’il reconnaît en principe d’autres livres comme révélés (le Pentateuque ou Torah, les Psaumes et les Évangiles), il rejette ces mêmes livres comme ayant été falsifiés par les Juifs et les Chrétiens : donc, en définitive, il n’a aucun livre saint en commun avec les autres.

A première vue, si le judaïsme rejette évidemment le Nouveau Testament, il semble reconnaître, tout comme le christianisme, l’Ancien Testament, et ces deux religions auraient au moins un livre sacré en commun, mais en réalité les Juifs rejettent une partie de l’Ancien Testament acceptée par les Chrétiens et, par ailleurs, modifient sciemment par des arrangements de traduction les passages des livres reconnus par eux ayant le malheur d’être trop explicites sur l’annonce du Christ ; enfin, ils placent de toute manière le Talmud (livre violemment anti-chrétien) au-dessus de l’Ancien Testament donc, là encore, en définitive Juifs et Chrétiens n’ont pas la même Ecriture Sainte.

Pour finir, le catholicisme (il en est de même chez les églises dites « orthodoxes ») n’est pas une religion du Livre pour la simple et bonne raison qu’il reconnaît deux sources de la Révélation : l’Ecriture Sainte (Bible) et la Tradition, ce qui le distingue du « sola scriptura » luthérien.

En conclusion, parler des « religions du Livre » comme si elles n’étaient que les fruits différents d’un même livre saint, est une imposture visant à gommer les différences fondamentales entre elles et à entretenir une confusion favorisant à terme le syncrétisme, qui est l’un des buts du mondialisme cosmopolite.