N’en déplaise, chacun fait ce qu’il veut de ses vacances ! (Stop au communisme mental)

La « polémique » du jour visait Elisabeth Borne, ministre de la transition écologique et solidaire.

La raison de cette « polémique » ? Cette dame a profité des vacances pour partir à Marrakech et… c’est tout. Rien d’autre.

Cependant, dans une société où le communisme mental ne prend jamais de vacances, il a été jugé choquant que l’ancien ministre des transports s’en accorde au moment où le pays est handicapé par des grèves, notamment à la SNCF.

N’en déplaise aux grévistes macronistes (on sait pour qui les syndicats ont appelé à voter en 2017), ce n’est pas parce que les partisans d’une France africaine et pré-islamique ont peur pour leur retraite que les Français, fussent-ils ministres, doivent cesser de vivre.

Les syndicats, chaque année gavés de dizaines de millions d’euros, n’ont aucune légitimité à dicter leur loi à quelque contribuable que ce soit, y compris en ce qui concerne la destination des vacances des uns et des autres.

Cet insupportable communisme mental, qui voudrait qu’un ministre est légitime ou pas en fonction du type de vacances qu’il passe, révèle le niveau zéro du débat politique actuel.

S’il fallait vraiment aller chercher des histoires au ministre de la transition écologique et solidaire, on pourrait à la rigueur pointer qu’il est hypocrite de traiter les travailleurs de pollueurs parce qu’ils sont obligés d’utiliser leurs voitures, quand les ministres voyagent régulièrement dans des avions qui polluent dix fois plus que les voitures !

La droite nationale n’a pas à suivre les gauchistes dans ce genre de polémique ridicule, restons nous-mêmes et évitons de suivre les meutes, surtout quand elles portent des autocollants de la CGT et des logos BFM TV.