Quelques réflexions suite au rassemblement contre l’immigration à Ouistreham (+ vidéo)

Suite au rassemblement contre l’immigration clandestine, qui s’est déroulé le 27 octobre 2018 à Ouistreham et où j’ai eu l’honneur de prendre la parole, quelques réflexions me sont venues après la lecture des comptes-rendus de la gauche extrémiste.

  • Les extrémistes de gauche se vantent d’avoir été plus nombreux que les nationalistes (200 contre 90). Ce qu’ils oublient de dire, c’est que pour arriver au chiffre de 200 crasseux et vieux boomers dégénérés, il a fallu la mobilisation de 30 associations subventionnées. C’est-à-dire que 30 associations qui touchent des subventions et qui bénéficient de permanents rémunérés, n’ont même pas réussi à ramener 10 personnes chacune.
  • Les extrémistes de gauche se vantent également d’avoir pris des photos des manifestants. Dans la mesure où les opposants à l’immigration sont, de facto, des opposants au pouvoir en place, ces photographes en herbe servent donc de police politique du régime et d’indics. Amusant quand on sait que ces marginaux aux cheveux sales se prennent pour des rebelles.
  • Les extrémistes de gauche et les médias minimisent une fois de plus le nombre de participants pour discréditer notre manifestation (50 est le chiffre le plus repris, entre « 20 » pour leur fourchette basse et « 60 » pour leur fourchette haute), mais lorsque 5 boomeuses ménopausées tiennent une banderole contre les expulsions devant la porte de la préfecture, toute la gauche s’en félicite et les médias en rendent compte avec complaisance.

Voilà qui devait être dit, même si je n’apprends rien à personne en démontrant que les gauches sont des parasites et que les médias sont partisans.

Au passage, voici la vidéo de mon allocution :